One man show Dépôt de bilan

Un spectacle de et avec Geoffrey Rouge-Carrassat. Un homme revient de ses vacances à la mer avec sa femme etses enfants, et reprend le travail… son travail qu’il aime… sontravail auquel il consacre tout son temps… son travail qui lepassionne tellement… qu’il en a oublié sa famille sur la plage. À l’aube du burn-out, désormais incapable de remettre un pied aubureau, l’homme regarde à l’intérieur de lui-même : qui est-il à part un bourreau de travail ? Dépôt de bilan est un spectacle sur l’addiction au travail (ou workaholism). Selon des estimations américaines, 13% des femmes et 8% des hommes seraient concernés. Il existe encore peu de données sur le phénomène en France.
Geoffrey Rouge-Carrassat écrit, se met en scène et joue seul. Il fait face au public, vêtu d’un T-shirt noir rentré dans son jean, un bonnet sombre coiffant ses cheveux, lunettes d’écaille sur le nez. Il est entouré de planches etde tréteaux prêts à être montés, autour de lui des mannequins nus dont certains sans jambe ou sans bras. À portée de main, une hache. Il démarre bille en tête par un monologue hallucinant. L’homme qu’il incarne revient de vacances avec sa femme et ses enfants. Il ne reprend pas le travail, il se jette dedans comme on se précipite dans le feu, avec une ardeur qui confine à la démence. Le spectacle parle de ça, de l’aliénation au travail, un mal contemporain qui a toute sa place sur la scène du théâtre. Une perte de soi que l’artiste transmet par les mots jusqu’à ce qu’un silence absolu interrompe salogorrhée. Dans ce silence vertigineux, s’immiscent la fatigue, la prise de conscience, l’effondrement et la dislocation d’un individu qui n’a pas su s’arrêter à temps. L’image finale est saisissante. Le spectacle, sidérant. L’acteur, exceptionnel. — J.G  Télérama
 “Un comédien hors pair. Il lance des mots aiguisés, un humour énervé qui fait merveille. Présence Captivante” Le Monde
” C’est drôle, méchant, tordu, vécu de l’intérieur” Le canard enchainé
” Auteur-comédien époustouflant. Avec conviction et une énergie bouillonnante, Geoffrey RougeCarrassat décortique ce boulot qui bouffe la vie véritable. Et il le fait avec le talent de ceux qui savent convaincre ” L’Humanité
” Dans une salle comble, je suis venu découvrir le travail de ce jeune homme talentueux dont nous avions pu suivre les deux premiers spectacles « conseil de classe » et « Roi du silence » qui ont remporté un franc succès en 2018 et 2019 sur le Off d’Avignon. Après les thèmes de la jeunesse et de l’éducation puis celui des relations intimes, il nous propose celui de la « valeur » travail. Cette confession intime, à la fois très caricaturale et très réaliste, dépeint un personnage qui souffre, soumis à toutes les pressions extérieures et qui s’est réfugié dans la performance, dans le « toujours plus » du monde du travail, dans cette réelle addiction, pour fuir d’autres réalités moins simples pour lui, car plus humaines : sa femme, ses enfants, les relations aux autres, le regard des autres… Heureusement, une interview entendue de Pierre Soulages (l’homme du noir lumineux, sûrement pas un hasard…), l’amène à une prise de conscience salutaire sur sa façon de voir la vie. Peut-être est ce là justement la valeur de l’art ? Une première pleine de promesse pour ce spectacle qui vient clore une trilogie informelle autour de l’humain. Notez bien ce nom, Geoffrey Rouge-Carrassat, artiste multi-formes et généreux, qui semble transformer en or tout ce qu’il touche et qui aime sûrement beaucoup son travail.”- Vivant Mag

Galerie photos